En 2017, le jour du dépassement intervient le 2 août

Mercredi 2 août 2017 a été désigné par l’ONG américaine Global Footprint Network comme le jour de dépassement de la Terre (en anglais Earth Overshoot Day).

Derrière cette appellation digne d’une science-fiction hollywoodienne, se cache un calcul qui détermine le moment de l’année à partir duquel l’Homme a consommé plus de ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an.

Pour calculer cette date, plusieurs facteurs sont pris en compte : l’empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l’élevage, les cultures, la construction ou encore l’utilisation de l’eau.

Un jour du dépassement qui intervient de plus en plus tôt !

Cette date ne fait que reculer depuis les années 1970 : en 1971 elle intervenait le 24 décembre, en 1981 le 13 novembre, en 1991 le 13 octobre, en 2001 le 26 septembre, en 2011 le 11 août et donc cette année le 2 août. En cause, principalement, les émissions de CO2, responsables d’environ 60% de l’empreinte écologique globale des hommes.

Un jour du dépassement qui intervient le 2 août signifie que l’Homme aurait besoin de 1,6 planète pour subvenir à ses besoins (5.4 pour l’Australie, 3 pour la France, 0.7 pour l’Inde… Mais alors, les pays « développés seraient en fait ceux qui n’arrivent pas à gérer durablement leurs besoins ? mmh).

Moralité de l’histoire : l’Homme SURCONSOMME

Même si ce jour du dépassement  me semble plutôt un moyen de sensibiliser qu’une mesure scientifique exacte (comment prend-on en compte le fait que l’année précédente l’Homme avait déjà puisé plus de ressources que la planète ne peut en renouveler? Comment est pris en compte la destruction de la biodiversité ? La pollution des océans, des cours d’eau ou des terres ?), il permet de se rendre compte de la problématique : l’Homme consomme trop et doit changer son mode de vie.

Il me semblerait judicieux, par exemple, de définir comme objectif national pour chaque pays, à minima, de ne pas consommer plus que l’équivalent des ressources d’une planète. Et d’émettre (non pas des gaz à effet de serre mais) de fortes sanctions en cas de non-respect de cette règle.

Les ENR en sauveuses : c’est NON!

Un point de vigilance, produire de l’énergie à partir d’énergie renouvelable, ne veut pas dire avoir un impact neutre sur la planète : premièrement les ENR nécessitent des ressources, peuvent impacter les éco-systèmes, et produisent des déchets dangereux. Deuxièmement, ne pas changer nos modes de vie mais produire de l’énergie grâce aux ENR ne permet pas de s’affranchir de l’épuisement des ressources, de la production de masse de déchets, ou encore de la destruction des milieux naturels (plus d’infos sur ce sujet sur dans l’article « La démesure, l’ignorance systémique, et la destruction du monde naturel » – Article de Nicolas Casaux).

Pour conclure sur ce sujet, je vous propose de visionner l’intervention du Ministre d’Etat Nicolas Hulot concernant le jour du dépassement. L’une de ses formulations me semble tout à fait adaptée : « nous devons passer d’une économie de cowboy à une économie de cosmonaute ». Manque plus que les actes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s