Et si un avenir heureux pour l’humanité passait aussi par la remise en question et le refus de la vaccination ?

Voici 3 angles sous lesquels nous pourrions envisager très sérieusement de remettre en cause le « mythe vaccinal » qui fait foi depuis Pasteur : la toxicité et l’incertitude quant à l’efficacité des vaccins, l’atteinte exponentielle à la liberté des populations qu’ils engendrent, leur absurdité au vu de la théorie du virus utile.

Il serait plus bénéfique en termes de santé, et plus juste d’un point de vue social, de remettre en cause le dogme vaccinal et de mettre en place des politiques de santé, individuellement et collectivement, afin de ne plus souffrir d’épidémies controversées comme celle du COVID19.

 

Les vaccins contiennent des éléments nocifs, et leur efficacité ne fait pas consensus

Les vaccins contiennent des éléments chimiques et toxiques et sont donc nocifs pour l’organisme, notamment, ils détruisent notre système immunitaire, ce qui nous rend plus vulnérable.

Ils sont probablement en cause dans certaines maladies de civilisation.

De plus, leur efficacité ne fait pas consensus, et ce malgré l’immense appui qu’ils ont des médias, du corps médical conventionnel, et des industries, et malgré la censure et la « chasse à l’homme » dont sont victimes ceux qui remettent en question le dogme vaccinal.

Pour en savoir plus sur ces premières raisons de douter des vaccins, je vous invite à consulter cette enquête documentée de Thierry Casasnovas, qui se compose de 8 épisodes d’environ 1 heure :

 

Les vaccins, vecteur de contrôle accru de la population et atteinte à la liberté

On parle de plus en plus de deux choses concernant les vaccins : la vaccination massive obligatoire et les nano-puces électroniques qui sont désormais injectables directement via les vaccins.

Cela devrait nous alerter !

En effet, accepter d’être obligé de se faire vacciner pose question en terme de liberté. Chacun devrait avoir la liberté de se faire injecter ou non des substances dans le corps. De plus, nous ne sommes jamais sûrs de ce qu’il y a dans le vaccin qu’on nous injecte, ni des effets recherchés et secondaires que cela pourrait avoir sur nos organismes.

Le fait de se faire injecter des micro-puces dans le corps est également une atteinte à notre liberté :  nous serions alors traçables à vie,  nous pourrions avoir l’interdiction de circuler si nous ne sommes pas pucés, nous pourrions être victimes de toute sorte de discriminations en cas de refus de vaccination, nous pourrions même avoir l’interdiction de vivre. Cela est déjà bien avancé puisque les personnes non-vaccinées sont déjà victimes de discriminations sociales (comme les enfants interdits de scolarité).  Le contrôle électronique de la vaccination serait une étape supérieure encore, qui plus est, irréversible.

La raison du « bien commun » est clamée par les politiques, les industries, les grands « philanthropes » pour avancer dans cette voie. Cela est tout à fait rejetable puisque c’est une atteinte fondamentale à notre droit d’exister et d’être libre en tant qu’être vivant. Le bien fondé des vaccins est de toute façon discutable (mais pas beaucoup discuté !) et l’imposer revient à refuser le débat. Par ailleurs, si les politiques, les industries et les grands philanthropes avaient pour but le bien commun, je pense que l’état de la société et de la planète seraient bien différents.

Voici quelques articles pour argumenter cela :

Il devient fluorescent lorsqu’on pointe un smartphone : demain, un carnet de vaccination sous la peau ?
Un carnet de vaccination sous-cutané de taille microscopique mis au point par des chercheurs
Bill Gates propose d’implanter une capsule (implant) validant le test négatif du corona virus pour pouvoir travailler à nouveau… Nous y voilà…

 

Les vaccins, un contre-sens du point de vue de la santé, de la nature, du vivant

Guy-Claude Burger, le découvreur de l’alimentation naturelle, a développé la théorie du virus utile. Il fait le constat que lorsque l’alimentation de l’humain, mais aussi de tout autre animal, est originelle (non-cuite, non transformée, consommée sous contrôle de l’instinct alimentaire), alors les virus ne sont plus jamais pathogènes, mais tout au plus, ils développent des symptômes frustres. Y compris bien sûr pour des virus qui semblent dangereux dans un référentiel culinaire (coronavirus, sida, variole, etc.).

En a découlé plusieurs hypothèses qui remettent en question tout le dogme pasteurien, le principe même de la médecine, et notre société entière :

– la non-adaptation génétique à l’alimentation transformée (notamment cuite), dont découle les maladies ;
– la théorie du virus utile : le virus serait créé par l’organisme pour se nettoyer de la pollution culinaire, les symptômes restent contrôlés et frustres lorsqu’on arrête de se bombarder de molécules culinaires.

Ses 56 ans de pratique, de recherche et d’expérimentation valident ses hypothèses qui par ailleurs n’ont jamais pu être invalidées par les différents médecins et chercheurs qui ont tenté de les discréditer.

Cette vision n’est pas sans rappeler les travaux d’Antoine Béchamp, qui affirmait : « le microbe n’est rien, le terrain est tout ». La théorie du virus utile va encore plus loin.

Alors, il devient évident que se vacciner pour lutter contre les virus n’a plus de sens et est contre-productif pour l’individu et pour l’espèce. Il conviendrait plutôt de cesser la pollution de l’organisme (notamment les molécules non-originelles issues de la cuisson des aliments) qui entrave le bon fonctionnement du corps et du virus.

D’une part, la vaccination bloquerait donc les processus de nettoyage naturel, d’autre part, cela nous aveugle face à la vraie question fondamentale que l’on devrait tous se poser : pourquoi sommes-nous si vulnérables face à des virus qui ont toujours existé et qui ne sont nocifs que pour certaines personnes et certaines espèces domestiquées et/ou dénaturées ?

Pour comprendre ce qu’est l’alimentation naturelle et le lien avec les virus et le coronavirus :

Guy-Claude Burger : Qu’est ce qu’une alimentation naturelle (15 minutes)
Guy-Claude Burger : Interview instinctothérapie (1 heure)
Conférence de Guy-Claude Burger : Covid-19, la vraie nature des virus (2 heures)
Conférence de Guy-Claude Burger : Cov-19 : le plus gros biais d’attribution des temps modernes (2 heures)
Conférence de Guy-Claude Burger : Cov-19 : une alimentation qui pourrait sauver le monde… (2 heures)

Pour se lancer dans l’alimentation sensorielle, même seul et confiné, voici une vidéo de Dominique Guyaux qui présente la théorie et la pratique de cette alimentation : La clé de l’alimentation sensorielle (43 minutes)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s