Pourquoi une (fausse) deuxième vague inévitable ? Covid, masques et confinement – Par Fabien Moine, hygiéniste et naturopathe

Fabien moine, hygiéniste et naturopathe, explique dans cette vidéo du 20 septembre, Pourquoi une deuxième vague inévitable? Covid, masques et confinement, que la deuxième vague du Covid-19 est déjà prévue et est fabriquée de toute pièce par les médias et les mesures gouvernementales.
 

Une deuxième vague prévue depuis avril mais qui n’arrive toujours pas

 
Cette fameuse deuxième vague était prévue par les médias et le gouvernement depuis avril avec les « relâchements », puis en mai avec le déconfinement, puis en juin avec la fête de la musique et les black live matters, puis avec les nombreux « clusters », puis pour le 14 juillet, pour les départs en vacances, les vacances sur la plage, puis le retour au travail, etc. Pourtant, dans la réalité, elle n’a jamais eu lieue. Mais les médias et le gouvernement, continuent de faire croire qu’elle va arriver à coup sûr.
 
Factuellement, la mortalité par rapport au nombre de contaminés ne cesse de diminuer, ce qui veut dire que la létalité baisse, et que le virus perd de sa charge virale. Les masques faciaux qui étaient interdits et inutiles sont désormais obligatoires alors que la charge virale n’a jamais été aussi basse. Paradoxal.
 
En France, il y a environ 1600 morts par jour, et à la mi septembre, environ 25 morts classés Covid-19 par jour. A titre de comparaison, il y a chaque jour : 450 morts du cancer, plus de 400 morts de maladies cardiovasculaires, plus de 160 morts dus à l’obésité, 50 morts d’accidents domestiques, 15 morts d’accidents de la route, 200 du tabac, 100 du diabète. Pour autant on en parle pas, et on ne met pas en place de mesures drastiques et liberticides.
 

Comment cette deuxième vague risque d’être « fabriquée » ?

 
Premièrement, tous les ans, des coronavirus circulent et les tests ne les différencient pas. Comme tous les ans, il va y avoir une vague de circulation de coronavirus qui seront étiquetés Covid-19. Les symptômes de ces coronavirus vont du rhume aux pneumonies sévères, des pneumopathies qui peuvent être létales, des troubles digestifs assimilés gastro-entérites. Si on amalgame toutes ces sympômes avec le Covid-19, cela va faire monter les chiffres de décès du Covid-19.
 
Comme le Pr Raoult le disait dès avril, et le dit toujours, les enfants contractent des coronavirus l’hiver. Généralement sans symptômes, non mortels, mais de manière saisonnière et régulière, et qui reviennent chaque année. Si on teste les enfants, tous auront des réactions positives aux tests. Ca ne sera peut-être pas le Covid-19 mais d’autres coronavirus. De plus, on sait maintenant avec 9 mois de recul que les enfants n’ont pas de symptômes, ne meurent pas, et ne transmettent pas le Covid-19.
 
Il y a des millions de virus par m2 et les enfants en ont énormément et donc il y aura plein de virus dans les écoles, comme chaque année, et une flambée de tests positifs si on continue à tester les enfants.
 
Les tests ne sont pas fiables, comme le rappelle une étude reprise par le New York Times, mais aussi les professionnels de santé et les laboratoires d’analyses. Didier Raoult, professeur de microbiologie et directeur de l’IHU de Marseille témoigne de 40% de faux positifs pour les tests PCR faits en France qu’ils re-testent dans son établissement. Ce sont des tests à réaction très faibles avec des seuils tellement bas que quasiment tout le monde est réactif à la moindre trace d’anticorps. Si on se base sur les tests et non sur les malades, evidemment qu’il y aura une flambée de nouveaux « cas ».
 
Les personnes qui vont se faire vacciner pour la grippe, auront les anticorps, et il y aura aussi alors une flambée de tests positifs. Si il y a une vaccination massive contre la grippe et autres virus, il y aura une augmentation massive de réactions positives aux tests.
 

Covid-19 ou grippe saisonnière ?

 
Aujourd’hui on amalgame grippe, décès de la grippe, et Covid-19. La grippe saisonnière fait dans le monde, chaque année, entre 300 000 et 700 000 morts. Le Covid-19, en 9 mois, a fait 900 000 morts. En 2 fois plus de temps, il aurait tué un tiers de plus que la grippe : ce n’est pas une vague extraordinaire d’épidémie.
 
Plus de 80% des décès concerne les + de 65 ans, et une énorme tranche concerne les + de 84 ans, qui est l’espérance de vie moyenne des pays à forte hygiène de vie et à bon système de santé. Comme pour la grippe…
 
On annonçait 2020 comme une année avec une grippe extrêmement sévère, or, en France, les chiffres officiels de la grippe faisait état de 55 décès de la grippe au 28 février 2020. En 2018 par exemple, il y a eu 13 000 morts de la grippe en France. Et 14 500 en 2014-15 sur les 3-4 mois d’hiver. On est passé de 14 000 morts à 55 morts…
 
Si on fait le même amalgame l’hiver qui arrive, on aura effectivement bien une seconde vague de décès de la grippe, qui seront certifiés Covid-19. Soit environ 10-15 000 morts de personnes âgées.
 

Stress, distanciation et port du masque : immunité en baisse, pathologies et vulnérabilité aux virus en hausse !

 
L’immunité de la population va baisser automatiquement puisqu’il y a une situation de stress depuis 6-7 mois. Le stress fait baisser le taux de lymphocytes T4 et la réponse immunitaire. On fait aussi moins de sport, d’activités physiques, on a moins de relations sociales épanouissantes et on va compenser sur les addictifs (alcool, junk food…).

Le masque fait que l’organisme s’oxygène moins, et qu’on respire plus de CO2 et de virus, provoquant un certain nombre de symptômes : fatigue, maux de tête, pharyngite, laryngite, etc. Des symptômes respiratoires qui pourront être assimilés au Covid-19.

Il y a une baisse d’immunité et les médecins s’inquiètent d’une augmentation de la fréquence de symptômes pharyngés sur des patients qui n’en avaient pas les autres années et qui seraient dus selon eux au port du masque. C’est ce que les études sont en train de démontrer. Le masque n’est pas inoffensif puisqu’on met quelque chose sur sa figure et qu’on respire un air qui n’est pas renouvelé.
 
Le neurochirurgien Russel Blaylock a synthétisé une série d’étude sur le port du masque. Plusieurs études ont détecté des problèmes importants liés au port du masque : du maux de tête au céphalée, résistance accrue des voies respiratoires, accumulation de dioxyde de carbone ou complications graves qui peuvent mettre la vie en danger. Le principal symptôme est le maux de tête. Certains rétorquent que « cela se saurait si les masques étaient dangereux », et bien ça se sait : ils accentuent les maux de tête et en déclenchent pour ceux qui n’en avaient pas.
 
Les études ont également montré que les chirurgiens qui portent le masque avaient un taux d’oxygène dans le sang réduit. Plus la durée du port du masque est longue, plus la baisse du taux d’oxygène dans le sang est importante. Les baisses d’oxygène, l’hypoxie, sont associées à une altération de l’immunité. Cela est démontré scientifiquement. Ce qui n’est pas démontré, c’est leur efficacité pour réduire la transmission des virus.
 
Avec une immunité plus faible, et en respirant des virus en circuit fermé, la vulnérabilité aux virus augmente et les gens vont développer des symptômes qui ressemblent à ceux du Covid-19.
 
Lorsqu’une personne est infectée par un virus respiratoire, elle expulse une partie du virus à chaque expiration. Si elle porte un masque, elle va augmenter la concentration virale dans les poumons et les voies nasales et buccales. Selon le Dr Blaylock, dans la plupart des cas, le virus va pénétrer les nerfs olfactifs qui se connectent directement à la zone du cerveau traitant la mémoire récente et la concentration.
 

Conclusion : entre amalgames et affaiblissement de l’immunité, en route vers une fausse seconde vague du Covid-19

 
En conclusion : on amalgame les familles de coronavirus et le Covid-19, on amalgame grippe et décès de la grippe au Covid-19, on baisse l’immunité avec le stress généré, on baisse l’immunité collective en interdisant les rassemblements, on amalgame les symptômes et les pathologies du Covid-19, et on les augmente par les masques.
 
Voici les raisons qui font qu’on aura une seconde vague… mais pas du Covid-19.
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s