Covid-19 : Un outil pour basculer vers une société totalitaire. Retour sur l’entretien de P. Hillard chez TVLibertés.

Pierre Hillard est un essayiste français, docteur en science politique, spécialiste de l’idéologie mondialiste. Il est notamment l’auteur de Chroniques du mondialisme, d’Atlas du mondialisme, ou encore d’Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine.

li

Dans l’émission de TVLibertés, Politique & Eco n°271 du 12 octobre 2020, Covid-19 : l’étincelle avant le Grand Reset ?, Pierre Hillard revient sur le projet d’asservissement de l’humanité dans le cadre d’une gouvernance mondiale dont le programme est connu de longue date. La « pandémie » covid-19, déjà anticipée dès 2010 dans un rapport de Rockefeller, est l’étincelle qui permet de basculer dans cette dictature mondiale.

Cet article a pour objectif d’exposer la réflexion de Pierre Hillard à travers les éléments abordés dans cet entretien, et de les compléter quand cela est possible, afin de faire le lien avec l’actualité du covid. Au vu de l’urgence de la situation actuelle, – j’estime que nous sommes sur le point de basculer dans une dictature totalitaire et technologique difficilement réversible – ces éclairages de Pierre Hillard me semble cruciaux pour passer du constat d’une fausse pandémie politico-médiatique à la compréhension plus profonde de cet évènement.

Les origines du mondialisme en bref

Pour Pierre Hillard, les origines du mondialisme, en revenant à la source, reposent sur le refus de la réincarnation. Cela a donné lieu à des répercussions d’ordres politiques et financières et cela a touché en priorité le monde anglo-saxon. La première marque du mondialisme arrive à la suite de la révolte des barons anglais face au Roi Jean Sans Terre en 1215, qui a permis à une caste financière, une oligarchie, d’imposer ses vues au pouvoir politique. Cette caste prendra un poids certain au 17ème siècle suite à la mise à mort du Roi d’Angleterre Charles 1er en 1649, et l’émergence d’Olivier Cromwell qui va imposer alors une dictature.

Les Marranes, dès le 15ème siècle, sont les Juifs de la péninsule Ibérique et de ses colonies, convertis au catholicisme mais qui continuent à pratiquer leur religion en secret. Le foyer de cette puissance financière hollandaise, va basculer au milieu du 17ème siècle des Pays-Bas vers la City de Londres. C’est le renforcement considérable de cette puissance anglo-saxonne liée au monde de la finance. Celle-ci va ensuite monter en puissance par la création de la banque d’Angleterre en 1694, puis avec la dynastie de la famille Rothschild qui a joué un très grand rôle.

La politique secrète de cette élite anglaise, en lien avec une élite américaine, est d’instaurer une puissance anglo-saxonne pour diriger le monde. Les démocraties doivent être évacuées au profit d’une oligarchie, car les démocraties ne sont pas faites selon eux pour tenir des budgets équilibrés et que seuls les technocrates peuvent bien régenter le genre humain.

Les origines de la pandémie covid-19

Plusieurs organisations internationales avaient déjà imaginé une pandémie d’origine animale à partir de 2010. La fondation Rockefeller a présenté un rapport en 2010 (Scenarios for the future of technology and international development) avec différents scénarios pour le futur dont celui d’une pandémie qui cause énormément de morts et qui engendre l’instauration de mesures dictatoriales pour gérer la situation et le désordre. Le rapport ajoute que ces mesures autoritaires perdurent et s’intensifient même après que la pandémie soit surmontée.

preview-rockefeller-1  rock 1

L’histoire du covid, c’est celle d’un outil au service d’une cause supérieure : la création d’une gouvernance mondiale avec une spiritualité bien particulière.

Cette histoire de la fondation Rockefeller qui initie cette pandémie en 2010, a été reprise en 2011 dans une bande dessinée éditée par la Commission Européenne, Infected. Cette BD raconte l’histoire d’une pandémie qui part de Chine et qui fait énormément de morts. Au bout de quelques mois, les dirigeants trouvent le vaccin salvateur et règlent la situation. Tous les grands dirigeants de l’UE se retrouvent à la fin pour dire qu’ils ont réglé la situation et que cela va les aider à instaurer une mesure unique pour gérer les problèmes de santé à l’échelle planétaire.

infec prediction-pandemie-7

Ce genre de « problèmes » sont utilisés par les gouvernements pour mettre en place des mesures qu’ils ne pourraient pas instaurer si le « problème » n’existait pas.

Le covid-19 : un élément déclencheur

Pierre Hillard estime que l’apparition de cette pandémie, le covid-19, et son utilisation pour imposer un confinement général, des mesures liberticides et l’effondrement des économies mondiales, n’est qu’un élément déclencheur.

Mais pour déclencher quoi ?

Pour passer d’un monde à un autre, il faut un « allume-gaz » : un élément brutal qui oblige à passer de l’un à l’autre.

C’est au mois d’août 2019 que Pierre Hillard prit conscience qu’il y aurait un élément déclencheur. En août 2019 a eu lieu une réunion des grands banquiers centraux du monde entier dans le Wyoming, lors de laquelle le patron de la banque d’Angleterre Mark Carney a prédit la fin du dollar et l’émergence d’une monnaie numérique mondiale synthétique hégémonique. Il précise alors que cela ne se fera pas sans heurts.

fin dolls

Selon Pierre Hillard, cet élément officialise la bascule. Il ne manque alors que l’allume gaz : c’est le covid.

Tout le monde s’excite actuellement sur le covid alors que ce n’est que l’outil au service d’une cause supérieure. C’est le processus pour lancer une bascule qui permet de détruire les économies mondiales. Dans l’idéologie mondialiste, il faut détruire le monde issu de 1944-45 et des accords de Bretton Woods.

Cela nécessite un choc : le confinement et les mesures sanitaires.

Un programme annoncé depuis longtemps

En France, la population a été bloquée du 17 mars au 11 mai 2020. Il y eut ensuite un déconfinement léger, on pouvait se déplacer de chez soi dans un rayon de 100 km sans avoir à présenter ses papiers. Depuis l’interview de Pierre Hillard, la France est de nouveau confinée ou sous couvre-feu. Dans le grand classique 1984 de George Orwell, publié en 1949, il est précisé que dans ce monde dictatorial et liberticide, les personnes peuvent sortir de chez elle sans montrer leurs papiers d’identité dans un rayon de 100 km.

1984

« Pour des distances inférieures à une centaine de kilomètres, il n’était pas nécessaire de faire viser son passeport, mais il y avait parfois des patrouilles qui rôdaient du côté des gares, examinaient les papiers de tous les membres du Parti qu’elles rencontraient, et posaient des questions embarrassantes. »

Extrait du livre 1984 de George Orwell.

 

 

Comme Pierre Hillard le décrit dans son livre Chroniques du mondialisme, le programme est annoncé dès 1516 dans Utopia de Thomas Moore. Puis en 1623 dans Le nouveau Cynée d’Emeric Crucé, ou encore en 1626 dans La nouvelle Atlantide de François Bacon.

En 1792, La République universelle du genre humain de Anacharsis Cloots, dépeint un monde unifié, technocratique, divisé en 1000 cases départementales, et anti-catholique, car le fond du mondialisme dans son essence est anti-catholique selon Pierre Hillard. L’élément clé étant le refus de la révélation.

rep

Parmi les ouvrages qui annoncent la situation actuelle, qui n’est que le début, il y a aussi le livre de 1912 du Colonel House, conseiller du Président Wilson, Philip Dru : Administrator A story of tomorrow 1920 – 1935.

s-l640

En janvier 2014, Christine Lagarde, alors patronne du FMI (Fonds monétaire international) et désormais à la tête de la BCE (Banque centrale européenne), porte-parole de l’oligarchie qui dirige la société, a présenté ses vœux à la presse. Lors de cette conférence elle avoue qu’on lui demande de faire l’apologie du chiffre 7, « un chiffre magique ». Elle dit : « la plupart d’entre vous savent que le 7 est important ». Le 7 dans l’esprit de la kabbale, qui est aussi l’esprit du mondialisme, exprime l’idée de complémentarité. Son discours a eu lieu en 2014 et 7 ans plus tard, 2021, c’est l’année de la grande réinitialisation, le fameux Great Reset.

7

D’autres éléments troublants de prédiction se trouvent dans la une du magazine The Economist de 2019, publiée en novembre 2018. En effet, cette couverture « prédisait » beaucoup d’éléments au cœur des sujets d’actualité du moment.

TW2019_COVER_US_no-b-c_no_spine_cmyk_1_1024x1024

En haut à droite, on aperçoit le profil d’un homme à la tête rasée au dessus duquel est écrit l’expression à l’envers « reconnaissance faciale ».
Plus bas, les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse avec des têtes de morts (« Ces chevauchées inaugurent le commencement de la fin du monde« ).
Au centre, une cigogne qui porte un sac avec un code barre, symbole du marquage numérique de l’humanité, dès la naissance, soit le projet ID2020. L’homme de Vitruve, qui est à la fois dans un rond et un carré, symbolisme du monde maçonnique. Sur sa poitrine il y a écrit #Metoo, ce fameux mouvement féministe, dont le principe est louable. Mais ce dernier est en vérité dévié car l’objectif de ce mouvement est de détruire la famille traditionnelle, en détruisant l’influence du père de famille, et donc le concept de famille traditionnelle au dépend du père.
Dans ses deux bras droits, il y a une balle et du hashish, ce qui correspond à la distraction des gens par le jeu et le spectacle, ainsi qu’à leur étourdissement par la drogue. Dans une de ses mains gauches, un smartphone. Cela fait référence à l’importance du smartphone pour contrôler les gens (on pense notamment au projet de vaccination numérique détectable par smartphone, aux applications de traçage sanitaire numérique, etc.). Sur l’autre bras gauche, une balance déséquilibrée avec des groupes humains, probablement signe d’une élite qui détient les richesses et le contrôle de la majorité. Sur l’avant bras droit il y a une hélice d’ADN, qui pourrait correspondre à la marque de la bête dont parle le livre de l’Apocalypse : « tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » (Apocalypse 13:16-17). Pour contrôler les êtres humains et l’humanité, il est nécessaire de connaître leur code génétique, et cela même avant leur naissance.
En bas à gauche, enfin, le fameux pangolin qui, quelques mois plus tard, sera officiellement à l’origine de la pandémie covid-19.

   

Voici autant d’annonces de notre avenir qui arrive au grand galop.

Fondation de Bill Gates, carnet de vaccination sous-cutané, identification numérique : vers un esclavage technologique ?

La fondation Bill & Melinda Gates travaille en liaison avec la fondation Rockefeller, le GAVI (l’alliance des vaccins), et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dont elle est le principal financeur. Elle est également en lien étroit avec Emmanuel Macron pour un projet de vaccination massif en France pour lutter contre le covid-19.

En Octobre 2019, le Johns Hopkins Center for Humanitarian Health a organisé autour du Forum économique mondial et de la Fondation Gates, un évènement visant à simuler la meilleure réponse des secteurs publics et privés en cas de pandémie. Les leaders du business et de la finance, la fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que des représentants du monde médical et des vaccins se sont donc réunis autour de ce test baptisé Event 201, en référence aux 200 épidémies auxquelles est confronté le monde chaque année. Il s’agissait ici d’un virus fictif (semblable au SRAS ou au MERS) provenant de chauves-souris, et qui dans la simulation, apparaît dans une porcherie au Brésil. Parmi les conclusions de cette simulation, la nécessité d’un travail collaboratif entre les grandes industries, les différents pays et organisations internationales pour développer des tests de diagnostics et des vaccins, ou encore pour lutter contre la « désinformation » sur les réseaux.

L’image contient peut-être : texte qui dit ’COVID-19 IS NOT "JUST THE FLU" Since December 2019, COVID-19 has killed more people in the U.S. than influenza has in the last five years combined. JOHNS HOPKINS BLOOMBERG BLOOMBERGSCHOOL SCHOOL ofPUBLICH ofPUBLICHEALTH HEALTH’

Propagande de ce fameux Johns Hopkins center.

Le 19 décembre 2019, un article du monde annonce que la fondation Bill & Melinda Gates finance un projet d’ingénieurs américains du MIT, plus grande université de technologie américaine, au sujet de « nanoparticules injectables sous la peau qui émettent une lumière fluorescente invisible à l’œil nu mais visible par un smartphone, et qui pourraient un jour servir à confirmer que la personne a bien été vaccinée ».

le monde vax

Et le 3 décembre 2020, 20minutes annonce la mise en place d’un certificat de vaccination électronique.

canet vacc

Pour Pierre Hillard, lorsque les médias officiels commencent à exposer des informations que d’autres connaissent depuis des années par des moyens plus discrets, c’est qu’on se rapproche de la bascule. Autrement dit, quand le système est obligé d’officialiser des choses dénoncées par les « complotistes » depuis un moment, – terme intentionnellement péjoratif pour qualifier les lanceurs d’alertes qui dénoncent un complot -, cela veut dire que les personnes qui « complotent » sont obligées d’annoncer officiellement le plan avant de le mettre en place. Et donc cet article du journal Le monde montre bien qu’il y a une volonté de voir émerger des vaccins avec des nanoparticules détectables par smartphone. Beaucoup de médecins dénoncent cela désormais, étant donné que c’est imminent, du Pr Perronne au Dr Louis Fouché, en passant par la généticienne Alexandra Henrion-Caude et beaucoup d’autres.

Ce que dénonce par ailleurs la médecin américaine Carrie Madej dans une interview glaçante du 19 juillet 2020 au sujet des vaccins à modification d’ADN contenant des enzymes bioluminescentes Luciférase.

Cela n’est pas sans rappeler l’hélice ADN présente sur le bras de l’Homme de Vitruve sur la couverture du magazine The Economist de 2019 évoquée précédemment, et qui correspond donc à cette fameuse marque de la bête.

marque

Le mardi 14 avril 2020, Emmanuel Macron parle de l’arrivée de la Bête, lors d’un entretien avec Roula Khalaf, rédactrice en chef du « Financial Times » (FT), et Victor Mallet, chef du bureau parisien du FT.

Par ailleurs, la fondation Gates, en lien avec tout ce mouvement et ces organismes, travaille également avec Microsoft, créé par Bill Gates. Le 26 mars 2020, Microsoft a publié un brevet intitulé CRYPTOCURRENCY SYSTEM USING BODY ACTIVITY DATA (Système de cryptomonnaie utilisant des données d’activité corporelle). Le numéro de publication internationale de ce brevet est le WO/2020/060606 (World Order / 2020 / 666 ?). Voici l’abstract de ce brevet : « L’activité du corps humain, associée à une tâche demandée à un utilisateur, peut servir dans le processus de minage d’un système de crypto-monnaie. Un serveur peut demander une tâche au dispositif d’un utilisateur qui est couplé au serveur. Un capteur couplé, ou inclus, dans le dispositif de l’utilisateur peut détecter l’activité corporelle de celui-ci. Les données relatives à l’activité corporelle peuvent être générées à partir de l’activité corporelle détectée. Le système de crypto-monnaie couplé au dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont à une ou plusieurs conditions fixées par le système de crypto-monnaie, et attribuer la crypto-monnaie à l’utilisateur dont les données d’activités corporelles sont vérifiées ». Il s’agit de coupler le corps humain à un capteur afin de le connecter à un serveur capable de détecter son activité corporelle et de lui accorder de la crypto-monnaie si celle-ci répond à la demande générée par le serveur. Une sorte d’esclavage technologique. Ce système pourrait-il être directement injecté dans le corps ? Par l’intermédiaire d’un vaccin ?

brevet 666

Il y a également ID2020, qui est une organisation non gouvernementale qui plaide pour l’identification numérique du milliard de sans-papiers dans le monde, qui correspondent à des groupes mal desservis comme les réfugiés.

id2020Pour Pierre Hillard, le réel objectif de cette « alliance » est d’étendre cette volonté d’identification numérique à l’humanité toute entière. Il faut, dit-il, d’abord commencer avec les « malheureux » et les « miséreux » et ensuite étendre cela à la population entière. L’ID2020 a été créé en 2016 par Bill Gates et ses amis et l’objectif est de pouvoir trouver l’identité d’une personne, non pas avec ses papiers, qui peuvent être perdus, brûlés, mais en fonction d’un marquage dans le corps. Il devient alors possible d’identifier la personne grâce à l’aspect numérique.

Commencer par les « miséreux » permet de faire des tests, et de se protéger si l’expérience tourne mal, car elles sont réalisées dans des pays pauvres et corrompus dont la misère n’intéressent que peu le monde occidental. D’ailleurs, le projet de Bill Gates d’identification numérique sous-cutanée prévoit bien des expérimentations au Kenya, au Malawi et au Bangladesh. Ces gens là profitent de la misère de ces peuples et de la corruption de leurs autorités. Ce sont tout sauf des philanthropes.

L’esprit mondialiste au cœur du mouvement écologiste

Cet esprit mondialiste est également présent dans les origines du mouvement écologiste mainstream, concrétisé par l’Agenda 2030 des Etats-Unis et ses objectifs de développement durable : abolition de la pauvreté, égalité entre les sexes, une énergie propre. Bref, des mesures concrètes et positives. Cela n’est pas sans rappeler la société dystopique du roman d’anticipation Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley : « Le monde dépeint dans le livre présente une société supposément parfaite où le simple fait de ne pas être heureux est considéré comme une grave incongruité ». Qui, peut en effet être pour la pauvreté, contre l’eau potable, etc. On retrouve également un côté Utopia.

En 1992 a eu lieu la Conférence de Rio de Janeiro sur l’environnement et le développement dont l’objectif était de mettre en place des mesures pour la nature et pour l' »économie verte ». Tout cela a donné en 2015 le fameux Agenda 2030. Il comporte 17 chapitres qui se divisent en 169 points bien précis. On retrouve notamment l’éradication de la pauvreté ou encore l’importance des villes intelligentes, qui sont en fait des villes surveillées et technologiques, comme c’est le cas du projet NEOM : la mégalopole du futur rêvée par l’Arabie Saoudite. Une sort de mégalopole grande comme la Bretagne construite de toute pièce sur les rives de la Mer Rouge.

Les objectifs de l’Agenda 2030 sont les suivants :

  • Assurer une santé procréative. C’est à dire une santé dans le domaine sexuel, avec un arrière fond eugéniste et transhumaniste : « d’ici à 2030, tout un chacun devra avoir accès à des services de soins de santé sexuelle et procréative, y compris à des services de planification familiale, d’information et d’éducation ». Dans Le meilleur des mondes d’Huxley il existe 5 niveaux d’intelligence et les fœtus sont manipulés génétiquement et coordonnés en fonction d’intérêts économiques : « Les humains, sont ordonnés en castes d’aptitudes strictement délimitées : les Alpha (l’élite), les Bétas (les exécutants), les Gammas (les employés subalternes), les Deltas et les Epsilons (destinés aux travaux pénibles). Ils naissent désormais sous éprouvette, (plus la caste est basse, moins le fœtus sera alimenté en oxygène, le premier organe touché sera le cerveau, ensuite le squelette) dans des centres où, ils sont conditionnés tout au long de leur croissance à développer une ligne de caractère et de conduite idéale de laquelle les émotions sont, dans la mesure du possible, exclues ».
  • Une citoyenneté mondiale avec une gouvernance mondiale.
  • La volonté de renforcer tout ce qui est institut bancaire et institut financier, c’est le Dieu Mammon qui va imposer sa loi (« Mammon, dans le Nouveau Testament, est la richesse matérielle qui est personnifiée en divinité à laquelle les hommes sont susceptibles de vouer leur vie »).
  • Une volonté de renforcer tout ce qui est coopération régionale et transfrontalière. On le voit en particulier en Europe avec l’ARFE (Association des régions frontalières européennes) qui a pour objectif de supprimer les frontières entre les pays.
  • Une volonté d’assurer l’immigration dans tous les pays. Ils appellent cela une « immigration planifiée et bien gérée » pour parler d’une invasion migratoire qui a pour objectif de mélanger les populations et de dissoudre les nations. C’est tout le programme de La République universelle du genre humain d’Anacharsis Cloots en 1792 dans laquelle il faut faire disparaître l’unité des nations et rougir du mot « étranger », en faisant venir des péruviens, des chinois, des africains, etc.

L’Agenda 2030 n’est que l’expression d’un programme ancien. Dans Le Nouveau Cynée ou Discours d’Etat, Emeric Crucet évoque une population mélangée dirigée par une gouvernance mondiale, régit par une monnaie mondiale. Déjà dans ce livre de 1623, il anticipe une société qui ne fait pas la différence entre le pays d’accueil et le pays commerçant qui vient de l’étranger : « Sur cette base, il se fait non pas utopiste mais précurseur de l’internationalisme contemporain. Son pacifisme débouche en effet sur un ordre universel, assuré par le règlement obligatoire des différends dans le cadre d’une organisation permanente, et soutenu par la liberté totale du commerce ainsi que par l’unité des poids et mesures et même de la monnaie ».

L’Agenda 2030 n’invente rien. Pour Pierre Hillard, il ne vient que moderniser des projets multiséculaires de destruction des nations dans le cadre d’une gouvernance mondiale et d’une spiritualité qui a pour objectif de s’opposer à la Révélation.

C’est pour cela notamment que la figure de l’écologie, Greta Thunberg, appelle à voter pour Joe Biden, le candidat de l’élite mondialiste et des médias mondialistes.

greta

La grande réinitialisation : la raison du chaos engendré par le covid-19

Le 2 juin 2020, la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva a prononcé un discours lors d’une réunion avec le Prince de Galles et le Pr Schwab dans lequel elle annonce « la Grande Réinitialisation ».

grand reset

Le Prince d’Angleterre, le Prince Charles, représentant des mondialistes anglo-saxons et de la monarchie britannique, était présent à cette réunion aux côtés de l’Allemand Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum Economique Mondial. Ce dernier annonce que la prochaine édition du Forum de Davos, « rendez-vous annuel de l’élite politique et économique mondiale », aurait lieu en janvier 2021 et traiterait de la « grande réinitialisation » (en anglais « The Great Reset »).

Kristalina Georgieva affirme qu’il faut favoriser l’aspect numérique dans tous les domaines, c’est-à-dire tout ce qui est investissements privés et publics favorables à la limitation du carbone. Toutes les entreprises qui « produisent » du carbone n’auront donc pas d’avenir. Pour Pierre Hillard, c’est l’annonce de la production de masse et de la consommation de masse (avec une énergie inépuisable). Elle ajoute également l’importance de l’éducation pour cet idéal d’économie verte. C’est une véritable bascule, le monde né en 1945 avec le roi dollar doit être détruit :

« Et mon institution, le FMI, a également été créée à cette époque, lors de la conférence de Bretton Woods. Le moment est donc venu de passer à l’action et d’utiliser toutes les forces dont nous disposons pour tourner la page. Dans le cas du FMI, nous avons une capacité financière d’un billion de dollars et un engagement considérable sur le plan politique. C’est le moment de décider que l’histoire considérera cela comme la grande réinitialisation, et non comme le grand retournement. »

Le programme a été annoncé en janvier 1988 dans la revue The Economist. La couverture de cette revue de janvier 1988 annonçait la monnaie mondiale avec le Phoenix, pour l’horizon 2018. Cette monnaie mondiale naît de la destruction du monde de 1944-45, ainsi, le Phoenix renait des cendre du dollars, du yen et du mark. De ces flammes naît le nouveau monde : cette fameuse réinitialisation avec cette monnaie mondiale.

Le 29 novembre, voici ce que publie Pierre Hillard sur son compte Facebook :

« Vous souvenez-vous de l’annonce de la création d’une monnaie mondiale annoncée en couverture de « The Economist » (9 janvier, 1988) sous la forme d’un Phénix ? (Voir ici : https://cutt.ly/1hju3M9). Selon l’article qui accompagne cette couverture, cette monnaie mondiale devait voir le jour dans un délai de 30 ans (soit à l’horizon 2018).
Vous ne serez donc pas étonnés de retrouver le symbole du Phénix (ou quelque chose qui s’y apparente) sur ce visuel de l’annonce de la tenue de la sixième « conférence annuelle Richard Goode » le 4 décembre 2020 par… le FMI.
Observez l’oiseau…
– Il sort d’un « œuf-Covid-19 ». Ce qui semble évoquer que la crise sanitaire n’est que l’outil pour parachever un idéal ancien d’unité planétaire doublée d’une spiritualité bien définie. Voir mon entretien à ce sujet : https://cutt.ly/lhjilO9
– Il semble être une symbiose entre une créature biologique et numérique (il est constitué de 0 et de 1). Cela nous rappelle les propos récents de Klaus Schwab, patron du Forum économique de Davos, qui n’hésite pas à affirmer que la grande réinitialisation, qui est la 4è révolution industrielle, se prépare sur fond de transhumanisme : « une fusion de notre identité physique, numérique et biologique »… et voyez la suite : https://cutt.ly/Zhjib2o
– Et les ailes sont faites en nœuds, ce qui semble être une référence aux cryptomonnaies. Est-ce que cela annonce la création d’une monnaie numérique ?
– On peut aussi voir des constellations au-dessus et autour de la tête de l’oiseau.
Bon an, mal an, les pièces du puzzle semblent bien se mettre en place…
https://www.imf.org/en/News/Seminars/Conferences/2020/11/18/sixth-richard-goode-lecture-remaking-the-post-covid-world« 

Comme vu précédemment, cette monnaie mondiale avait déjà été proposée par Keynes en 1944 lors des accords de Bretton Woods, connu alors sous le nom de Bancor :

« Le plan Keynes est ébauché dès 1941 et préparait un système monétaire mondial fondé sur une unité de réserve non nationale, le bancor. La partie américaine mettait en avant le rôle de pivot du dollar américain et proposait plutôt de créer un fonds de stabilisation construit sur les dépôts des États membres et une banque de reconstruction pour l’après-guerre. Finalement, c’est la proposition de White qui prévaut, organisant le système monétaire mondial autour du dollar américain, mais avec un rattachement nominal à l’or ».

C’est au cours de cette conférence que voit le jour le Fonds Monétaire International (FMI).

Plus récemment, en 2010, Dominique Strauss-Kahn, alors patron du FMI, avait présenté dans un rapport le projet d’une monnaie mondiale similaire au Bancor au dépend du dollar.

Deux branches : les patriotes et les mondialistes

Pour Pierre Hillard, le problème des économistes actuels est qu’ils n’expliquent jamais les référents religieux, économiques et philosophiques qui sont derrière les décisions. Selon lui, quand on s’intéresse à des événements politiques ou financiers il faut d’abord s’intéresser à ces référents qui déterminent la mise en place de lois et des mesures qui permettent le passage d’un monde à un autre. Ce qui n’est jamais enseigné à l’université, c’est que dans le monde anglo-saxon il y a deux courants. La branche patriote, c’est le cas américain en particulier, qui défend l’intégrité du territoire américain tout en acceptant que ce territoire intègre une gouvernance mondiale, avec un dollar respecté, quitte à ce qu’il perde sa valeur de monnaie mondiale. Une autre branche, la City de Londres, qui veut détruire les nations, en faire de « la purée » au profit d’une monnaie planétaire.

Aux 19ème et 20ème siècles, il y avait déjà deux courants au sein du monde anglosaxon, l’un qui voulait ériger un empire mondial planétaire avec comme colonne vertébrale le monde anglosaxon, c’est à dire l’empire britannique et les Etats-Unis, et un autre courant qui voulait détruire tous les Etats-nations.

Aux Etats-Unis, qui sont en préparation de guerre civile, il y a deux courants. Donald Trump, qui cherche, dans le cadre d’un mondialisme, à défendre le patriotisme américain. Il le dit lui même. Des Etats-Unis dans lesquels on respecte l’intégrité territoriale. Et l’autre branche, celle des démocrates d’Hillary Clinton, Obama, Biden, etc. qui veulent faire une purée de tout ça, et pour qui le dollar doit disparaître. Il y a une rivalité interne.

Cette lutte entre les patriotes et les mondialistes est tout à fait exacerbée par la fausse pandémie de covid-19 et la fausse élection de Biden, comme nous l’écrivions dans cet article.

Quand certaines élites présentent des documents pour annoncer une bascule, comme cette présentation du Phoenix en 1988, modernisée en 2020, ce n’est pas pour faire joli. Lorsqu’on étudie le rôle de la famille des Warburg dans la création de la BRI (Banque des règlements internationaux), la super-banque qui dirige la BCE (Banque centrale européenne), la Banque du japon, etc., qui a son siège à Bâle, on voit bien qu’il y a une finalité matérielle qui repose sur une idéologie, une pensée spirituelle, une pensée très terrestre qui est contraire au catholicisme. Il s’agit là des causes profondes, qui ne sont pas assez étudiées. Je renvoie vers cet article du blog de Jacques Henry qui me semble intéressant d’un point de vue non expert.

Le Grand Reset : le passage d’un monde à un autre

La prochaine réunion du World Forum Economic prévue pour l’été 2021 s’intitulera « le temps de la grande remise à zéro ». Le fondateur de ce forum, Klaus Schwab, écrit dans son ouvrage Covid-19 : The Great Reset, que ce grand reset sera « le remplacement des idées, des institutions, des processus et des règles actuelles ».

Afficher l’image source

Il estime que cette remise à zéro passera par la nécessité d’avoir des gouvernements plus forts et plus efficaces. Il pense évidemment à la dictature. Par ailleurs, Aube Digital rappelle dans son article du 17 novembre 2020 : « Le mondialiste Klaus Schwab a clairement indiqué que la transhumanisme fait partie intégrante de “La grande remise à zéro” (Grand Reset / Great Reset) lorsqu’il a déclaré que la quatrième révolution industrielle “conduirait à une fusion de notre identité physique, numérique et biologique”, ce qu’il précise dans son livre, qui sont des puces implantables qui peuvent lire vos pensées. »

https://twitter.com/i/status/1325248870931165185

Il faut toujours s’intéresser aux personnes qui sont fines, qui ne sont pas passées par les cursus universitaires classiques, et qui apportent réellement des informations. Charles-Maurice de Talleyrand, avait parfaitement compris la bascule de 1789 : le changement des référents religieux et philosophiques avec les conséquences politiques et financières. Il avait une expression pour cela : Agiter le peuple avant de s’en servir.

La politique ce n'est qu'une certaine façon d'agiter le ...

Il s’agit de créer un désordre complet, pour passer à une vitesse supérieure qui va justifier la mise en place de mesures liberticides qui n’auraient pas pu être instaurées s’il n’y avait pas eu cette bascule, ce choc. J’insiste sur ce point car toutes les mesures actuelles (confinement, tests massifs et obligatoires, masques obligatoires même sur les enfants, couvre-feu, fermeture des lieux sociaux, censure massive sur les réseaux, etc.) n’auraient jamais été acceptées par la population s’il n’y avait pas eu le covid-19. Autrement dit, c’est le covid-19 qui fut le déclic pour basculer d’un état initial à un état final bien plus autoritaire et liberticide. On comprend alors pourquoi ce virus, qui est très probablement sorti d’un laboratoire P4 pour nombre de spécialistes, a été médiatisé et politisé si massivement, malgré une si faible virulence. Le covid-19 a été « vendu » comme étant à l’origine d’une pandémie terrible et incurable sans vaccin, ce qui est très éloigné de la réalité.

Klaus Schwab annonce, en bon oligarque et technocrate de base, qu’on va resserrer la vis et que ne seront garder que les gens qui sont utiles au bon fonctionnement de la machine planétaire. Ces gens là ont une vision utilitariste de l’être humain. Ils seront prêts à se débarrasser des autres, on parle d’humanité réduite. Cela était déjà évoqué par les Georgia Guide stones aux Etats-Unis, ces blocs de pierres installées au début des années 80 et sur lesquelles est inscrit qu’il faut mettre en place une humanité unie, eugéniste et transhumaniste, de 500 millions de personnes. Ils ont compris que pour contrôler l’humanité, ils n’ont besoin que de 500 millions de personnes, du traçage numérique, des techniques actuelles et d’une oligarchie qui contrôle tout ça. Le reste devra disparaître. C’est cela leur plan : une humanité réduite, surveillée, tyrannisée, asservie pour la bonne marche économique du monde.

How Climate Change Is Becoming a Deadly Part of White ...

Dans l’esprit de ces élites messianiques, avec un arrière fond satanique, le fait de laisser mourir des gens est une offrande. C’est la rédemption par le pêché. Les éléments matériels que l’on voit, reposent sur une spiritualité satanique d’offrande d’humanité qui doit disparaître. C’est ainsi que les première et deuxième guerre mondiales ont rendu service à certaines élites, le génocide arménien en 1915 également. Pour ces gens là, il faut détruire pour « désinfecter », faire disparaître un courant d’idées au profit d’un autre. Courant d’idées qui met à bas les idées issues de la Révélation. Cela donne un sens crucial aux propos de John Magufuli, le président tanzanien, qui déclarait le 29 mars 2020 :

“Dieu se trouve dans ces lieux sacrés, alors le satanique coronavirus ne peut pas survivre ici. S’il entre, il brûle. C’est pour cela qu’il ne faut surtout pas vous inquiéter”

Face à un virus “satanique”, le président tanzanien encourage à aller à l’église (courrierinternational.com)

Et il avait raison : son pays n’a jamais été touché par ce soit disant virus, alors même qu’il n’a jamais mis en place la moindre mesure sanitaire liberticide. La vérité serait-elle le meilleur antidote contre ce virus ?

La France China Foundation : un moyen d’implanter l’idéologie mondialiste en France ?

Pierre Hillard affirme avoir récemment pris conscience du rôle de la France China Foundation.

« La France China Foundation est une plateforme de dialogue entre sociétés civiles française et chinoise. Créée en 2012, cette organisation à but non lucratif a pour vocation de permettre la confrontation des points de vue, favoriser le développement de liens durables entre personnalités françaises et chinoises, de stimuler leur intérêt pour l’autre pays et d’encourager la création de projets conjoints. »

Cette fondation est soutenue par l’Institut Mérieux (numéro 1 mondial du vaccin), la banque d’investissement B&A investment bankers, AXA, ou encore Radio France. Chaque année, elle décerne le prix des « Young Leaders » : 

« Le programme « Young Leaders » est le programme phare de la France China Foundation. Chaque année, un Comité de Sélection choisit une quarantaine de personnalités françaises et chinoises âgées de 25 à 45 ans, qui seront amenées à jouer un rôle important dans leur pays ou dans les relations franco-chinoises et internationales. »

En 2019, furent nommés Olivier Véran ou encore Saskia De Rothschild. En 2017, Coralie Dubost, compagne d’Olivier Véran et vice-présidente de la LREM à l’Assemblée Nationale, ou Brune Poirson, secrétaire d’Etat au ministère de l’écologie. En 2014, Matthieu Gallet, soupçonné d’être en relation avec Emmanuel Macron, ou Franck Riester alors ministre de la culture. Enfin, en 2013 c’était Edouard Philippe.

Pour Pierre Hillard, il y a vraiment une élite qui est cooptée, choisie, et qui a un objectif : imposer un ordre mettant à bat l’héritage de la Révélation.

Et le peuple dans tout ça ?

Quel sera la réaction des populations face à ce projet ? Actuellement on assiste à ce qu’on appelle une « démolition contrôlée ». Mais, on est sur Terre, et le Mal, s’il est tout puissant actuellement, n’a pas tout en main. Pour Pierre Hillard, l’espoir, c’est qu’à un moment, ça puisse leur échapper des mains. Et alors cela sera aux populations de se révolter : l’instinct de survie.

Il faut que les gens comprennent que l’on a face à nous des ennemis du genre humains, des gens qui veulent notre peau, qui veulent nous asservir, nous laisser crever. Les personnes âgées sont des personnes inutiles pour ces gens là, le Dr Laurent Alexandre par exemple parle « d’espérances de vie résiduelles ». Il voudrait tester les vaccins sur eux. Le problème est qu’il n’est pas le seul, ils sont tous comme ça dans cette élite, Bill Gates en est également un des représentants.

Afficher l’image source  Afficher l’image source

Pierre Hillard espère que dans le système qui va s’écrouler, en particulier parce qu’il faut passer d’un monde à un autre, les gens vont prendre conscience de ce qu’il se passe réellement.

 

6 commentaires

  1. Je suis sur le cul !! Effrayant.
    Merci pour se travail d information je ne sais pas si a mon niveau je ferai changer les choses, en tout cas je ne suis pas dupe de cette vaste supercherie. Ou quand la sienne fiction rejoint la réalité.

    Je n ai vraiment pas envie de se monde.

    J'aime

    • Bonjour Lehmann,
      Je fus sur le cul également en découvrant cela…
      Nous ne nous voulons pas de ce monde. Cette guerre est avant tout celle de l’information.
      Nous pouvons tous faire bouger les choses à nos petites échelles !
      Courage 🙂

      J'aime

  2. je note une…coquille au début: « refus de la réincarnation »…vous voulez dire: » refus de l’INCARNATION « je suppose

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s